Retour sur la retraite des laïcs en mission ecclésiale du diocèse

Découvrez le récit de Patricia et Paulo qui ont participé à la retraite annuelle pour les laïcs en mission ecclésiale du diocèse de Reims. 

Comme chaque année, cette retraite avait lieu à l’Ermitage de Saint-Walfroy. Elle a rassemblé une vingtaine de participants. Les laïcs en mission ecclésiale (appelés LEME) sont des “hommes ou femmes qui acceptent une charge ou une fonction particulière, confiée par l’évêque, au service de l’Eglise locale. L’évêque officialise cette charge dans une « lettre de mission » remise à la personne concernée“.

Saint Walfroy fut encore cette année un lieu pour se restaurer à tous niveaux. L’équipe du personnel et des bénévoles, toujours accueillante et bienveillante, est un support logistique et humain fort appréciable pour la réussite de ce temps de retraite. Le climat de fraternité, respectueux des désirs de chacun, permet au choix, des activités connexes et des temps personnels laissant mûrir le contenu des conférences. Des enseignements traités avec une grande profondeur par le Père Bertrand LEDIEU, prêtre du diocèse d’Amiens et dispensés tout en douceur pour embrasser une part du « Mystère ». Ce fut notamment le cas particulier de l’enseignement mystagogique sur l’Eucharistie, décortiqué dans une simplicité qui dit dans chaque geste ce qui se vit.

Nous avons tous été invités à déposer au démarrage nos fardeaux et à faire confiance, à nous vider pour pouvoir accueillir et faire place à ce qui serait offert, comme une sorte de prologue à la retraite, avant de partir à l’aventure de cet appel à la sainteté reçu, qui s’adresse à tous et pas seulement aux consacrés. Les Saints d’hier nous rappellent certaines clairvoyances d’esprit et d’action pour nous cheminer avec le Christ et avec eux, dans cette notion d’acquis et de pas encore. Une pédagogie pour prendre de la distance, tout en progressant dans l’empathie, en essayant de faire de plus en plus confiance que Dieu comblera le reste, sans tomber dans une négligence des devoirs. Une confiance qui nous fait dépasser nos peurs, un amour qui nous rend libre.

Notre nouvel archevêque Eric de Moulins-Beaufort est venu en fin de retraite partager et célébrer ce temps précieux de fraternité. Un mot, une salutation pour chacun, un temps important avec notre Archevêque pour repartir, aimer et servir après s’être laissés bousculer tout en douceur par l’enseignement concret et spirituel, qui fut aussi un regard de bienveillance et de patience avec soi-même.

Lecture, recueillement, détente, film,… étaient aussi au programme. Le film Marie HEURTIN diffusé en présence de notre Archevêque et de certains participants qui ont souhaité prolonger la soirée festive, a beaucoup touché. Grâce aux commentaires des scènes et à la lecture des sous-titrages par Monseigneur et par les autres participants, même PAULO avec son handicap de cécité a participé et pu suivre le film et en reste profondément imprégné. D’une grande intensité, l’histoire de cette religieuse qui permet à cette enfant de vivre et d’être en même temps ce qu’elle devient, est un formidable témoignage de cet amour reçu et donné par grâce, qui donne vie, rend libre et fait grandir aussi bien les uns que les autres. « On se rassasie du pain de l’autre, on se rassasie du pain que l’on donne à l’autre ».

Il y a dans ce film une grande richesse évangélique, presque eucharistique, épiphanique, avec cette idée que l’on peut toujours faire par amour quelque chose pour l’autre, afin de lui permettre, par grâce, de devenir enfant de Dieu. Et ce contre vents et marées, dans la confiance et la persévérance, même si au début cela paraît insurmontable. L’idée que dans l’Amour du Christ il faut aller plus loin encore. Plus loin, il n’est plus question de devoirs ou d’obligations, ce n’est plus qu’une question d’Amour, cet Amour de Dieu qui nous fait grandir avec une pédagogie toujours renouvelée que l’on arrivera jamais à embrasser complètement. Retraite et film étaient bien en adéquation. La proximité, la sollicitude et la main tendu du pasteur au service parmi les siens aussi.

Un temps pictural, a permis aussi parallèlement à ceux qui le souhaitaient, de s’aventurer dans l’abstrait, nous proposant un peu à la manière de la confiance en Dieu, de nous lancer dans la réalisation d’une œuvre. Nous rappelant aussi que lors de nos missions, après le temps de discernement nécessaire, une fois jeté à l’eau, que c’est le Christ qui est notre bouée. C’est avec Lui que nous sommes invités à la traversée et menés sur l’autre rive.

Tous ces temps privilégiés furent des opportunités de faire le point, faire un pas en avant, grandir, discerner, car nous sommes parfois un peu figés dans nos idées et nos schémas. C’est d’autant plus important pour nous chrétiens de prendre régulièrement dans nos vies ces temps d’ajustement. Un temps qui indéniablement permet de libérer en nous quelque chose et de nous rappeler comme le dit un proverbe africain : « seul je vais parfois plus vite, mais à deux on va plus loin ».

Nous avons laissé la Parole de Dieu, les enseignements, discours reçus nous recréer à la manière d’une toile abandonnée dans les mains d’un Artiste. Au début la toile est à peine ébauchée, mais l’œuvre est déjà là, invisible. Ces quelques jours elle est venue s’enrichir et s’ajuster pour la mission. *

Merci encore à tous les participants, au personnel et bénévoles de Saint Walfroy et aux organisateurs qui font de cette retraite ce qu’elle est . Merci au diocèse de nous donner la possibilité de vivre ces moments de ressourcement, d’enseignement et de fraternité pour grandir ensemble.

Paulo et Patricia

Nous contacter

Merci de nous laisser un message !

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?