Le mot du Père François

Chers paroissiens,

Le rapport de la Commission indépendante présidée par M. Jean-Marc Sauvé a donc été rendu public mardi dernier et remis à la Conférence des Evêques de France. Son travail rigoureux a permis de s’approcher de la vérité en amenant à la lumière des faits restés dans l’obscurité, dont l’amplitude nous plonge dans la douleur, le dégoût et la honte.  Mais il ouvre maintenant une voie possible de guérison pour les victimes terriblement nombreuses et un chemin de réconciliation pour tous. S’il ne peut y avoir de justice sans la recherche de la vérité et sa reconnaissance amère, celle-ci ne peut s’accomplir pleinement en dehors de l’amour. Seul l’amour peut libérer la parole de ceux qui se sont trouvés enfermés dans leur souffrance, vider les cœurs du poison de leur douleur devant le mal indicible qu’ils ont subi ; seul l’amour, qui se fait proche et attentif, peut consoler les cœurs brisés ; seul il peut réconcilier les communautés blessées en inspirant des gestes de réparation et de pardon. Devant ce désastre, retentissent avec plus de force encore les paroles du Seigneur : « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. » (Mc 9, 37) et encore : « Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25, 40). La conscience de l’offense grave faite à Dieu peut nous inspirer le contenu de notre prière et des actes de pénitence qui expriment notre conversion. Puissions-nous emprunter ces divers chemins, particulièrement là où ils sont exigés de nous, pour retrouver la paix et un élan renouvelé dans la mission.

Père François et l’équipe pastorale

 

Nous contacter

Merci de nous laisser un message !

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?