Jean Vanier, fondateur des communautés de L’Arche, vient de s’éteindre

Jean Vanier, le fondateur des communautés de L’Arche et de Foi et Lumière, qui sont au service des personnes avec un handicap mental, est décédé ce mardi 7 mai. Il sera enterré le 16 mai prochain à Trosly-Breuil (Oise) dans l’intimité. La messe d’obsèques sera retransmise sur la chaîne de télévision catholique KTO.
Alors qu’il avait fêté ses 90 ans en septembre dernier, Jean Vanier, fondateur de L’Arche et de Foi et Lumière, s’est éteint ce mardi 7 mai à 02h10. La santé du grand homme s’était considérablement affaiblie ces dernières semaines et il était hospitalisé à la Maison médicale Jeanne Garnier, à Paris. « Jean nous a quittés au terme d’une longue vie d’une exceptionnelle fécondité. Sa communauté de Trosly, l’ensemble de L’Arche, Foi et Lumière, de nombreux autres mouvements et des milliers de personnes auront été nourris de sa parole et de son message », ont annoncé Stephan Posner et Stacy Cates-Carney, les deux responsables de L’Arche Internationale.

« Le secret est toujours dans la descente »

D’origine canadienne, fils de diplomate, Jean Vanier naît dans le 10 septembre 1928 à Genève. Âgé de 13 ans, il rejoint la Marine Royale Britannique en pleine Deuxième Guerre mondiale, dans laquelle il reste durant huit ans. En 1945, alors que son père est ambassadeur du Canada en France et sa mère déléguée de la Croix-Rouge, il participe à l’accueil des survivants des camps de concentration à Paris, un engagement qui le marque durablement. Après avoir quitté la Marine, cet infatigable chercheur étudie la philosophie et obtient son doctorat en 1962. À partir de 1964, après avoir découvert leurs terribles conditions de vie terribles dans les asiles psychiatriques, il  commence à habiter avec un petit groupe de personnes handicapées mentales. C’est à ce moment-là que naît la grande aventure de L’Arche, qui repose sur des communautés où cohabitent des personnes valides et d’autres avec un handicap mental.

Toute sa vie, Jean Vanier a cherché à vivre au plus près de l’Évangile et n’a eu de cesse de défendre la valeur de la fragilité. « Le secret est toujours dans la descente, et non la montée. C’est accepter qu’on est fragile », déclarait-il dans un entretien avec Aleteia le 16 septembre dernier.

Source Aleteia

Nous contacter

Merci de nous laisser un message !

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?