“Evangéliser” veut-il dire apporter la Bonne Nouvelle comme l’a fait Walfroy ? – 1

Saint Walfroy

Je suis Walfroy. Mon vrai nom était Wulfilaic (“corps de loup”en vieux norrois) car mes parents venaient de l’Europe du Nord. Ils s’étaient établis dans la province romaine de Pannonie où je suis né vers 630. Les Romains avaient appelé ces guerriers venus du Nord des “longues barbes, longobards, lombards”.  Ces derniers ont d’ailleurs fondé le royaume de Lombardie en 568. Ceux qui étaient restés en Scandinavie sont devenus plus tard les Vikings.

Comme mes parents s’étaient convertis au christianisme et que cette région de Pannonie que vous appelez aujourd’hui Hongrie a vu naître en 316 saint Martin, j’ai voulu suivre ses pas. Animé d’une grande dévotion pour ce grand saint, j’ai décidé de partir à la recherche de son tombeau en Gaule.

Arrivé dans le Limousin, j’ai rencontré Aredius, un Romain qui avait été ordonné prêtre à Trèves et dont la famille possédait une grande propriété à Atane (aujourd’hui Saint-Yrieix-la-Perche). Ce prêtre (devenu plus tard saint Arede), ayant décidé de vivre une vie d’ermite, me convia à suivre son exemple dans la prière et la pénitence.

C’est au bout de quelques années que l’évêque de Trèves venu visiter Aredius me demanda de venir évangéliser cette partie de la forêt d’Ardenne dont les occupants ne parlaient que cette langue nordique. Ceux qui autrefois n’avaient pu se poser en Pannonie avaient été envoyés par les Romains pour défricher la forêt et y rester. Ces ‘laeti”, laissés pour compte, eurent la surprise de voir ce personnage arriver sur la colline où on adorait de nombreuses divinités et surtout cette statue d’Arduina qui portait le nom de la forêt et que les Romains avaient confondue avec leur Diane chasseresse.

 

Là, je me suis construit une demeure et une grande église dédiée à saint Martin. La vie à Atane m’avait appris à répartir ma journée en prière et en travail, mais il me restait à apporter la Bonne Nouvelle à ces rudes habitants. J’eus alors l’idée d’élever une colonne faite de pierres et de bois et de m’y tenir par tous les temps, même en hiver où de la glace pendait dans ma barbe et où les ongles de mes pieds tombaient sous l’effet du gel.

De plus en plus de monde venait me voir et, comme je parlais leur langue, je parvins à les convaincre que leurs dieux n’étaient rien à côté de ce Dieu dont l’amour infini pour tous les hommes faisait des miracles. Convaincus, c’est d’eux-mêmes qu’ils détruisirent cette statue d’Arduina. L’œuvre de l’Esprit Saint s’était accomplie, et même si les autorités religieuses de la région m’ordonnèrent de quitter les lieux où trop de monde venait, j’avais été l’instrument de Dieu. L’Homme a besoin de Dieu et Dieu a besoin de L’Homme. Derrière se cache l’Amour.

R. Persin

à suivre

Nous contacter

Merci de nous laisser un message !

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?